septembre 22, 2021

Softicket

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Total Energies signe un accord de 27 milliards de dollars sur le pétrole, le gaz et le solaire en Irak

Posté sur: Modifié:

Aéroport de Bagdad (AFP)

Total Energies, une entreprise française qui investit dans la production pétrolière, gazière et solaire en Irak, a signé un accord de 27 milliards de dollars alors que le pays fait face à une grave crise énergétique.

Annonçant l’accord pour réduire la dépendance de l’Irak aux énergies fossiles, le ministre du Pétrole Ihsan Ismail a signé un accord avec le président de Total Energies Patrick Poonen lors d’une cérémonie à Bagdad.

TotalEnergies n’a pas directement confirmé la valeur ou la durée de l’accord à l’AFP, qui a été signé après plusieurs mois de négociations et plusieurs visites à Pointe.

Mais les Français prévoyaient initialement d’investir 10 milliards de dollars dans l’infrastructure de base, le produit permettant ensuite d’investir 17 milliards de dollars au deuxième tour, ont indiqué des responsables.

“C’est le plus gros investissement jamais réalisé en Irak par une entreprise occidentale”, a déclaré Ismail. « La mise en œuvre de ces plans est le défi auquel nous sommes maintenant confrontés. »

“Je suis content d’être à Bassora où j’ai visité les gisements de gaz et de pétrole”, a tweeté Poinne en janvier. « Réduire la combustion et augmenter la production de gaz est une priorité pour l’Irak et la nation dans son ensemble. Travaillons ensemble !

L’Irak a des réserves de pétrole et de gaz.

Bien qu’il soit les deux premiers producteurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, il est confronté à un grave mécontentement et à une résistance à long terme conduisant au mécontentement social.

READ  La cathédrale Notre-Dame de France est préservée et prête à être reconstruite

Les autorités attribuent la chute des prix du pétrole au manque d’investissements et à la vétusté de son réseau énergétique, qui représente plus de 90 % des recettes de l’État.

– ‘Réduire les importations de gaz’ –

Le pays est fortement dépendant de l’Iran voisin, qui fournit environ un tiers de ses besoins en gaz et en électricité.

Cependant, Bagdad doit actuellement à Téhéran 6 milliards de dollars pour l’énergie déjà fournie.

L’accord, signé dimanche avec Total Energy, comprend quatre projets, ont indiqué des sources du ministère irakien du Pétrole avant la cérémonie de signature.

L’un d’eux vise à pomper l’eau de mer du Golfe vers les champs pétrolifères du sud de l’Irak. L’eau est utilisée pour extraire le pétrole des gisements souterrains.

Une autre consiste à augmenter la production du champ pétrolier d’Artavi près du port sud de Bassora de 85 000 barils par jour à 210 000 b/j.

Le troisième projet verrait la construction d’un campus pour exploiter la production des filières gazières du secteur.

Plutôt que de brûler ou de brûler excessivement, le plan consiste à le récupérer pour l’utiliser dans la production d’électricité.

Cela « réduira les importations de gaz », a déclaré le bureau du Premier ministre.

Le quatrième projet consiste à implanter une ferme solaire à Artavi.

L’Irak doit produire « 1 000 mégawatts » d’électricité équivalent à l’énergie générée par un réacteur nucléaire à énergie solaire.

“L’Irak ne donnera rien”, a ajouté la source.

Le gouvernement irakien affirme que l’énergie solaire “coûtera 45 % de moins que les centrales électriques conventionnelles”.

READ  Des entreprises de mode françaises abusent d'une enquête en Chine | Mori Champion

En janvier, Ismail a déclaré que la relation avec la société française “se développait rapidement”.

L’ancien Total français, rebaptisé TotalEnergies, fait référence à la diversification des sources d’énergie propre dans l’une des cinq premières entreprises énergétiques au monde.

Tout en se concentrant sur le pétrole et le gaz, la société a indiqué que 20 % de ses investissements de croissance cette année seront alloués à l’électricité et aux énergies renouvelables.

Il est en Irak depuis les années 1920.