décembre 5, 2021

Softicket

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les doubles standards clairs de Michael Barnier découverts par Freaksiter | Monde | Nouvelles

L’ancien négociateur de l’UE pour le Brexit a déclaré que si la France remportait l’élection présidentielle de l’année prochaine, la France aurait une chance d’être « respectée » dans le monde. M. Barnier a fait valoir que l’Allemagne était le seul pays d’Europe qui pouvait siéger à la table politique internationale pendant des décennies s’il n’obtenait pas son indépendance politique.

Il a déclaré : « Il y a un calendrier dans lequel le monde s’organisera dans les 30 prochaines années, et j’en parlerai car cela concerne nos enfants et nos petits-enfants.

« Autour de cette table, on voit les Américains qui sont là depuis longtemps ; les Chinois, bientôt la première puissance mondiale ; l’Inde ; la Russie ; le Brésil.

« Nous serons retirés de cette table.

Dans 30 ou 40 ans, seule l’Allemagne sera là.

« Devrions-nous être à la table ou non ? Je suis patriote, je suis calliste, je suis européen, parce que je veux que mon pays soit autour de cette table.

« Je ne veux pas que la France soit un observateur des décisions des autres.

« J’ai une ambition pour mon pays. Je veux que la France soit respectée. »

Ces commentaires ont été immédiatement repris par le leader de Génération Frexit, Charles-Henri Colois, qui a souligné qu’il avait travaillé très dur pour l’intégration européenne tant que le commissaire européen était à Bruxelles.

Lire la suite: Les factures d’énergie doivent être réduites : Rishi Sunak devrait utiliser les pouvoirs du Brexit

« Je me méfierai de plus de repentir et de plus d’arrogance », a-t-il conclu.

Interrogé sur sa proposition d’interdire l’immigration pendant trois à cinq ans s’il est élu, Michael Barnier a déclaré qu’il était « temps de parler à l’Algérie et à d’autres pays d’Afrique ou du Moyen-Orient ».

READ  Les bracelets de la reine de France Marie-Antoinette seront éblouissants aux enchères

« Il nous est simplement venu à l’esprit alors […] Leurs citoyens ne sont plus les bienvenus ici », a-t-il déclaré.

M. Barnier a surpris tout le monde en appelant au rétablissement de la souveraineté nationale française sur les questions d’immigration en septembre.

« Chaque pays a sa propre souveraineté nationale. Y renoncer n’est pas une question. » « Nous avons besoin d’un pays pour lutter contre le nationalisme », a-t-il ajouté.

Face à l’attaque de la Pologne contre les traités européens, faisant craindre le « Polexit », Michael Barnier a déclaré : « Les Polonais ont accepté de rejoindre l’UE il y a 17 ans, ils ne voulaient pas, personne ne les a forcés ».

Le LR est considéré comme l’une des principales options pour l’investiture lors de la conférence de décembre, mais en retard dans le scrutin pour la présidentielle, Michael Barnier a déclaré que « choisir son candidat n’est pas une élection, c’est un combat ».

Par ailleurs, évaluant la performance d’Emmanuel Macron, il a déclaré : « Cette période de cinq ans est une période de cinq ans d’opportunités manquées ».

Rapport complémentaire de Maria Ortega