janvier 20, 2022

Softicket

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

Les deux premiers cas de la variante Omigran ont été trouvés en France métropolitaine

François, ambulancier paramédical au centre de dépistage de la maladie coronarienne (COVID-19) à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, près de Rennes, en France, le 1er décembre 2021. REUTERS / Stéphane Mahé

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

PARIS, 2 décembre (Reuters) – La France a annoncé jeudi les deux premiers cas de sa nouvelle variante du virus corona Omicron car il pourrait dominer le pays d’ici la fin janvier, a déclaré le principal conseiller scientifique du gouvernement.

L’organisme de santé de la région Ile de France du Grand Paris a estimé que le cas Omicron était celui d’un rapatrié du Nigeria.

Un deuxième cas a été signalé dans la région du Haut-Rhin, dans l’est de la France, d’un homme de retour d’Afrique du Sud, selon l’organisation sanitaire locale. Il s’agit des premiers cas découverts en France métropolitaine depuis qu’un cas a été découvert sur l’île de La Réunion, dans l’océan Indien français, le mois dernier.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Jean-François Delfraissy Le « vrai ennemi » de la télévision BFM reste Delta, qui se répand comme une cinquième vague.

« Nous devons assister à une montée progressive de la variante Omigron, qui prendra le relais du delta », a-t-il déclaré, peut-être d’ici la fin janvier.

« Noël n’est pas en danger si la population et tous les décideurs sont très prudents », a-t-il déclaré, réitérant que l’exclusion sociale et, troisièmement, le rappel de vaccins sont des armes essentielles.

La France a enregistré près de 50 000 nouveaux cas confirmés de COVID-19 en 24 heures, a annoncé mercredi le ministère de la Santé.

READ  Les ministres tirent sur l'inclusion de la France dans la liste britannique "Amber Plus"

Mercredi, il y avait 1 886 personnes dans l’unité de soins intensifs avec COVID-19, une condition selon Delphrasi n’était pas encore à son apogée, en particulier par rapport à 6 000 à 7 000 au plus fort de la deuxième vague en France l’automne dernier.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès gratuit et illimité à reuters.com

Rapport de Dominic Vidalan; Sudeep Kar-Gupta, Miriam Rivet ; Montage par Sudeep Kar-Gupta, Nick McPhee et Susan Fenton

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.