septembre 18, 2021

Softicket

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La France devrait envisager la nécessité de vaccins gouvernementaux pour les agents de santé

Après les faibles taux de vaccination parmi les agents de santé et les résidents d’une maison de retraite dans les Landes en France touchés par la variante delta du Govit-19, le gouvernement français fait pression pour des projets d’embauche de personnes travaillant dans le secteur de la santé. Coup.

Pour éviter des incidents similaires à l’avenir, des lois sont en cours de préparation et devraient être adoptées par les personnes travaillant dans les hôpitaux ou les maisons de retraite. Govit-19 Vaccin. Premier ministre Jean Costex Il a indiqué mercredi qu’il entamerait des consultations sur la question “dans les prochains jours”.

“Comme tous les Français, je suis choqué (…) de voir la réintroduction de l’épidémie (…) à travers leur profession de protection et de soins”, a déclaré Costex. “Ceci est inacceptable.”

Dans le cluster des maisons de repos, l’un des nombreux de la région, 23 résidents – dont 21 ont été entièrement vaccinés – et six salariés ont été touchés par cette variation. Dix-neuf des cas ont été identifiés comme des variantes delta. Trois des résidents ont été admis à l’hôpital, mais aucun n’a été admis aux soins intensifs.

Les responsables n’ont pas précisé si le projet de loi serait déposé au Parlement avant les vacances d’été ou en septembre, mais le ministre de la Santé Oliver Vernon a indiqué dans une lettre aux directeurs d’hôpitaux et de maisons de soins infirmiers que les agents de santé auraient jusqu’en septembre pour recevoir leur emploi. La lettre disait que si moins de 80% des employés étaient vaccinés à l’époque, “nous ouvririons la voie à une vaccination obligatoire pour les professionnels de la santé”.

READ  Des entreprises de mode françaises abusent d'une enquête en Chine | Mori Champion

Actuellement, moins de 60% des travailleurs des maisons de retraite et moins de 64% du personnel hospitalier sont vaccinés, a déclaré Alain Fischer, la figure clé du gouvernement sur le vaccin. “Ce n’est pas assez clair”, a-t-il déclaré au Sunday Journal (JDT). «Ils doivent le faire pour protéger les patients. C’est le principe de la responsabilité et de l’exemple d’organisation. “

Fischer a déclaré qu’il pensait simplement que la loi s’appliquerait à toute personne interagissant avec le public. Il a dit qu’il craignait que des taux de vaccination adéquats à travers le pays n’entraînent une quatrième vague d’épidémies en France. Il a rappelé qu’une dose de vaccin à deux doses n’offre pas une protection adéquate.

La Fédération des Hôpitaux de France (FHF) est favorable à l’obligation de vaccination pour les travailleurs qui entrent en contact avec le public. Synerba, l’une des principales fédérations représentatives des maisons de repos privées, est également favorable aux vaccinations obligatoires.

Aux JDT dimanche, 96 des meilleurs professionnels de santé de France ont signé une lettre publique indiquant : « La vaccination doit être rendue obligatoire pour toute personne, dans tout établissement ou établissement public ou privé de prévention ou de maintenance, ou pour une personne qui accueille des personnes âgées. L’activité professionnelle l’expose aux risques de pollution de la personne qui en a la charge. »

Les soignants devraient être vaccinés car, écrivent-ils, “c’est un devoir éthique de protéger les personnes vulnérables dont ils ont la charge”.

D’autres personnalités scientifiques et médicales importantes sont venues. Jean-François Delphires, président du Conseil consultatif national, s’est exprimé mercredi sur France Inter sur la radio France Inter, se déclarant initialement opposé à l’idée de forcer quiconque à se faire vacciner, mais a changé d’avis.

READ  Consultation récente du ministère des Affaires étrangères pour la France, l'Espagne, le Portugal, l'Italie et la Grèce

Les deux principaux dirigeants syndicaux ont rencontré dimanche les salariés de toutes les entreprises au JD (U). “Nous exhortons vivement le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger et le président de Medoff Cofroy Rooks de Besiacs à écrire une lettre immédiate pour vacciner les salariés qui ne sont pas protégés contre le virus”, a déclaré dimanche JDT dans un communiqué.

Le soutien au mouvement n’a pas été unanime. L’AD-PA, l’Association des directeurs de maisons de retraite s’y oppose, entre autres.

(FRANCE 24 avec AFP)