décembre 5, 2021

Softicket

Obtenez toutes les dernières nouvelles et rapports sur la FRANCE ici. Manchettes, politique et culture françaises sur une chaîne d'information

La France demande aux moteurs de recherche et aux boutiques d’applications de supprimer Wish – TechCrunch

Publié par plusieurs ministres français Une déclaration générale Wish annonce avoir demandé aux principaux moteurs de recherche et magasins d’applications mobiles opérant en France de couvrir complètement le site Web et le processeur mobile. Wish est un site de commerce électronique populaire qui fait principalement référence aux produits de marchands basés en Chine. Il ne détient pas d’inventaire car les produits sont expédiés directement des commerçants aux clients.

L’année dernière, l’administration française a été tenue pour responsable des droits des consommateurs et de la fraude a commencé à enquêter Vouloir. A cette époque, Le Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la lutte contre les fraudes (DGCCRF) On soupçonnait qu’il serait un peu plus facile d’induire les consommateurs en erreur et de souhaiter des produits de contrefaçon tels que des baskets et des parfums avec des images qui déforment les logos de marques populaires.

L’administration française a commandé 140 articles différents sur Wish – pour la plupart des marchandises importées. À ce stade, ils voulaient savoir si ces produits étaient sûrs.

95% des jouets qu’ils achètent sur scène ne sont pas conformes à la réglementation européenne – 45% d’entre eux sont considérés comme dangereux. Quant aux produits électroniques, 95% d’entre eux ne sont pas disponibles en Europe et 90% d’entre eux sont dangereux d’une manière ou d’une autre.

Même les bijoux fantaisie les moins chers vendus sur scène étaient risqués – 62% de ce qu’ils ont commandé étaient considérés comme risqués. Encore une fois, ces mesures sont basées sur un très petit échantillon de 140 produits.

READ  La France a restitué 26 œuvres d'art pillées il y a 130 ans

S’il est signalé que Wish vend un produit dangereux, ces produits seront retirés du marché dans les 24 heures comme prévu. Pourtant, « Dans la plupart des cas, ces produits sont disponibles sous un nom différent, et parfois auprès du même fournisseur. L’entreprise n’a aucune trace de transactions impliquant des produits non conformes et dangereux », a déclaré le ministère français de l’Économie dans un communiqué.

Selon la même enquête, lorsque Wish a signalé que des clients avaient acheté un produit dangereux, ils n’ont pas précisé la raison du rappel du produit.

En juillet 2021, l’administration française en charge du droit des consommateurs et de la fraude a notifié Wish et lui a demandé de se conformer à la réglementation européenne sur le commerce électronique et la sécurité des produits. La direction leur a donné un préavis de deux mois pour la prochaine étape.

Quatre mois plus tard, le gouvernement français a profité des récentes évolutions de la réglementation européenne pour bloquer ou bloquer les sites et applications problématiques. Il s’agit d’un processus compliqué, mais le ministère de l’Économie a demandé à l’administration française compétente de se retirer des moteurs de recherche et des magasins d’applications. Cela prendra un certain temps – au moment de la rédaction, Wish est toujours dans l’App Store et vous pouvez toujours trouver le site Web de Wish dans les résultats de recherche Google.

Après cela, Wish sera ombragé en France. Le site Web est toujours disponible et il fonctionnera si vous avez déjà des applications sur votre mobile. Mais vous ne pouvez pas le trouver dans les résultats de recherche App Store, Play Store ou Google.

READ  Des pêcheurs français explosent à Macron pour l'argent de Le Pen sur un projet normand détesté Monde | Nouvelles

Si l’administration française pense que Wish a mis en œuvre les bons changements conformément à la réglementation française, cela peut jeter une ombre. Avec cette décision drastique, la France crée un précédent et montre une nouvelle fois que le web se fragmente de plus en plus. Dans ce cas, il prétend agir dans le meilleur intérêt du consommateur.

Il sera également intéressant de voir si la prochaine loi européenne sur les services numériques aura un impact majeur sur le dropshipping. L’Europe devrait renverser le mandat du commerce électronique de 2000 par le biais de la loi sur les services numériques.

Mettre à jour: Le porte-parole de Wish m’a envoyé le rapport suivant :

En option, nous nous engageons à fournir une expérience utilisateur positive, et l’essentiel consiste à fournir des produits de qualité à nos utilisateurs.

En tant que plateforme de marché, bien que nous n’ayons pas l’obligation légale de vérifier les 150 millions de produits proposés à la vente sur la plateforme, nous investissons dans une variété de programmes conçus pour attirer et récompenser les vendeurs qui livrent des produits de qualité. Expression des fournisseurs de produits de basse qualité.

Par exemple:

  • Wish contient un certain nombre de mécanismes actifs et réactifs conçus pour prévenir, détecter et éliminer les listes qui violent les lois locales ou les normes de sécurité. Cela comprend un mécanisme interne robuste pour le processus de notification et de suppression, ainsi qu’un protocole criminel récurrent pour les commerçants.
  • Notre programme Wish Standards récemment lancé mesure nos marchands par rapport à des critères limités allant de la qualité des produits et des taux de remboursement.
  • En tant que signataire volontaire de l’engagement de sécurité des produits de la CE, nous agirons dans les deux jours ouvrables suivant les notifications gouvernementales pour supprimer les listes de produits dangereux à vendre dans l’UE, qui vont au-delà des exigences légales.
  • Wish diversifie activement sa base commerciale en élargissant la sélection de produits et en améliorant encore la qualité des produits en ajoutant des fournisseurs dans diverses régions géographiques, y compris l’Europe.

Wish se conforme toujours aux demandes de suppression de la DGCCRF et, par conséquent, est désorienté par la sur-approche en la matière. Nous avons fait plusieurs tentatives pour nous engager de manière créative avec la DGCCRF. Nous recherchons désormais activement un soutien juridique pour contester ce que nous considérons comme un acte illégal et disproportionné commis par la DGCCRF.